Lire un bon plat, manger un bon livre.

Lire un bon plat, manger un bon livre.


Au café ZA, pas besoin d’emporter son livre. Le restaurant situé aux halles et dessiné par Philippe Starck propose à ses clients une double expérience : lire un bon plat et manger un bon livre. Grâce à sa machine d’impression à la demande, les plats ne sont pas les seules choses à dévorer.

Tous les mois, l’éditeur Guillaume Allary sélectionne et rédige la critique pour 7 titres mis à la disposition des clients via la plateforme Osery. Une fois commandé, votre livre arrive dans les 5 minutes. Pour le menu, c’est pareil, il se commande via l’application ZA.

photo-2

La plateforme Osery, fondée en 2013, a pour ambition de s’implanter dans toutes les librairies de France. Le catalogue de la librairie des PUF, qui utilise aussi l’impression à la demande, rassemble uniquement les titres PUF et les oeuvres tombés dans le domaine public. Osery monte en grade en incorporant des titres contemporains d’éditeurs variés. Son président, Christian Vié, explique que :« la surproduction dans les tirages de livres réduit la marge sur les ventes, et diminue les prises de risques. Imaginer une machine présente dans les librairies permettrait de diminuer les tirages initiaux, en étant assuré de pouvoir fournir les clients, sans avoir besoin d’effectuer de commandes ». Sans parler de l’impact écologique positif à supprimer le concept d’invendus …

Le problème reste le coût des machines. À ce jour, Osery a implanté une machine dans une bibliothèque de banlieue parisienne (Viroflay) et maintenant une autre au café ZA. La question demeure : ces machines pourront-elles un jour devenir le propre de toutes les librairies et non pas l’attraction complémentaire d’un lieu ?

Il est 1 commentaire

Add yours