La Foire du Livre de Francfort #1 : Benjamin

La Foire du Livre de Francfort #1 : Benjamin


Quoi de mieux que les témoignages de jeunes professionnels pour se faire une idée de la Foire du Livre de Francfort ? Benjamin, assistant cession de droits aux Éditions Denoël, nous raconte :

Si on a survécu à la grisaille de la ville et au quartier glauque de la gare, quelques stations de tram plus loin la foire de Francfort apparait comme une oasis ! Une véritable fourmilière, habitée par des individus venant des quatre coins du monde. C’est un lieu étendu qui donne l’illusion de s’étirer à l’infini, chaussures habillées ou baskets confortables telle est la question ! Ses six halls, divisés chacun en trois étages en font un labyrinthe de lettres dont les recoins sombres et froids sont réchauffés par des murmures traduits dans plus d’une dizaine de langues. Des douceurs orientales du rez-de-chaussée au dynamisme du centre des agents au dernier étage, on s’y perd avec plaisir !

Pour les nouveaux arrivants comme moi, c’est encore un peu un mythe qui, avant l’arrivée des nouvelles technologies, était l’un des rares endroits dans l’édition ou les professionnels de tous les horizons pouvaient échanger de manière instantanée sur une nouveauté ou s’emporter sur le titre phare de la foire. On a l’impression d’avoir un avant-goût de toutes les cultures du monde et des dernières tendances ! De nos jours la foire conserve toujours ses fonctionnalités mais de manière moins exacerbée, le monde du numérique ayant facilité les échanges en accélérant leur instantanéité. Mais Francfort c’est surtout le moyen de créer des liens, mettre des noms sur des visages, se présenter à tous les interlocuteurs mystérieux qui peuplent nos carnets d’adresses, c’est surtout le moment de mettre son portable de côté et d’entamer des conversations à l’ancienne, de vive voix ! Faut aimer parler, c’est un fait ! C’est un melting pot géant, où les transactions financières ont été remplacées par le troc de cartes de visite, et qui, bien des années après sa création, conserve encore une part de mystère et un pouvoir euphorisant. Entre les marathons de rendez-vous la journée, les cocktails et autres mondanités au Frankfurter Hof en fin de soirée, le tout agrémenté d’anecdotes en tout genre (il arrive toujours quelque chose à la Foire !), Francfort reste encore un incontournable de l’édition internationale, tant sur le plan professionnel que sur le plan humain. Personnellement j’attends chaque nouvelle année avec impatience !

Il est 1 commentaire

Add yours