Portrait pro #16 Myriam, Community Manager

Portrait pro #16 Myriam, Community Manager


Pourrais-tu décrire ton métier?

Le métier de Community Manager consiste, comme son nom l’indique, à gérer l’activité d’une maison d’édition sur les réseaux sociaux (et ailleurs sur le web par extension : newsletters, site web, campagnes publicitaires, etc.). 

Facebook, Twitter, Instagram, YouTube, Linkedin… on ne s’improvise pas CM, c’est d’ailleurs un métier en évolution constante de par la nature même des supports utilisés. Cela demande une veille permanente de ce qui s’y passe, de ce qui se dit, mais aussi de l’évolution de tous ces réseaux. 

Cela implique également une bonne connaissance des outils graphiques. Le goût pour la photo et la vidéo est également un plus pour créer du contenu riche et s’inscrivant dans une charte établie.

Certains CM ont également à leur charge la fonction de gestion des relations avec les influenceurs web (une fonction toute nouvelle désormais appelée Digital RP). Cela demande également une certaine recherche, de la patience et de la curiosité pour apprendre à mieux connaitre les personnes derrière les pseudos, établir une relation de confiance pour mieux collaborer ensemble.

Quel est ton parcours (universitaire et professionnel)? 

Je suis blogueuse, BookTubeuse et bookstagrammeuse depuis 2011 (Un Jour. Un Livre), ce qui m’a permis de rencontrer des éditeurs qui m’ont proposé de devenir lectrice de manuscrits en anglais. J’ai donc créé mon auto-entreprise en 2013 et j’ai petit à petit diversifié mes tâches en y ajoutant de la gestion de réseaux sociaux pour certains auteurs étrangers, de la production de vidéos promotionnelles et aussi du conseil éditorial pour certaines maisons. 

Le statut de travailleur indépendant m’a permis de me reconvertir (je venais du monde des musées), mais je ne le trouve pas assez abouti sur le long terme. 

J’ai donc repris des études, en master 1 « Métiers de l’édition et de l’audiovisuel » à la Sorbonne-Paris IV, puis en master 2 « commercialisation du livre » en apprentissage à Villetaneuse-Paris XIII.

Ces formations m’ont beaucoup appris, notamment en me permettant d’intégrer des maisons d’édition dans le cadre d’un stage de 6 mois en master 1 (relations presse et communication chez Hachette Romans) et d’un apprentissage d’un an en master 2 (chargée de webmarketing et Community Manager chez J’ai lu).

Je suis donc récemment diplômée et actuellement à la recherche d’un poste en communication/webmarketing dans une maison d’édition. 

Ce que tu préfères dans ton métier et ce que tu aimes le moins?

J’aime les nouvelles technologies. Je dois être un peu geek de ce point de vue. La constante et rapide évolution des réseaux sociaux et d’Internet me fascine et j’aime expérimenter de nouvelles choses en permanence pour échanger avec un lectorat passionné autour des livres qui seront, je l’espère, ses prochaines lectures.

Internet a aussi ses travers, et il faut savoir prendre ses distances lorsque certains utilisateurs se montrent trop virulents (ou trop pressés d’obtenir une réponse à leur question posée un samedi soir à 23h40)…

Des conseils pour ceux qui cherchent à travailler dans le monde du livre?

C’est une formidable petite famille, composée de profils très variés. 

Quels que soient vos choix de parcours, les stages et apprentissages sont les expériences qui se révéleront les plus formatrices. Choisissez-les avec soin, en gardant à l’esprit la filière dans laquelle vous souhaitez évoluer plus tard. 

Mais quoi qu’il arrive, prenez du plaisir à votre tâche. Les métiers de l’édition sont des métiers passion, on n’arrive généralement pas là par hasard, autant ne pas perdre cette flamme qui nous anime le long du chemin.

Il est 1 commentaire

Add yours